4 roues contre 2 roues

Pour ne pas déclencher la colère du puissant lobby des taxis à quatre roues, le ministère de l’Intérieur prévoit une législation contraignant les transporteurs à moto à travailler sur réservation (par téléphone, Internet…).

Il leur sera interdit d’attendre à la sortie d’une gare le client pressé. Cela convient à des entreprises disposant d’une flotte de plusieurs motos, qui ont les moyens d’investir dans un central téléphonique ; pas aux travailleurs indépendant.

Leur raison d’exister est de subvenir à un besoin de l’ordre de l’urgence, aux heures de pointe ou en cas de grève des transports par exemple.